« Guantanamo Blues » est l’occasion de célébrer les luttes et les résistances aux tentatives d’enfermement et de cloisonnement que subissent les arts créatifs. Dans nos sociétés tournées majoritairement vers le rendement et la compétitivité, il est nécessaire de s’interroger sur nos rapports à nos racines et à nos volontés créatives. Guantanamo Blues se propose de mettre en résonance les musiques de Brice Wassy, autant avec les pensées et les technologies contemporaines qu’avec les traditions et les cultures. Le jazz, les musiques de transe et de danse, les remaniements des musiques traditionnelles, peuvent permettre de nous reconnecter à nos intimités. Les différentes expériences artistiques de Guantanamo Blues amèneront à célébrer le partage et la collectivité. Soit au travers des rythmes et du corps soit au travers des créations collectives autour d’improvisations musicales, plastiques et poétiques.

 

 

La soirée « Guantanamo Blues » est guidée par quatre expériences musicales dirigées par Brice Wassy. Ces ensembles créent un socle sur lesquels peuvent venir se mélanger les artistes invités qu’ils soient musiciens, plasticiens, danseurs, poètes. Ainsi chaque personnalité artistique invitée peut s’exprimer librement tout en étant enracinée dans le Ku Jazz des compositions.


Musiques Improvisées
avec Nicolas Bauer (basse électrique), Pierre-Marie Lapprand (saxophones) et Gaspar José (vibraphone électrique)

Brice Wassy recherche la créativité et la liberté dans ses musiques, autant en tant que compositeur qu’en tant qu’interprète. L’improvisation amène le musicien interprète à développer un langage personnel, ce qui lui permet d’aller à la rencontre d’autres musiciens pour créer de manière collective et instantanée. Fort de son expérience d’une année de soirées « Guantanamo Blues » au Centre Social Lounès Matoub de Montreuil le quartet s’enracine dans le « Kù Jazz » (jazz des racines) des compositions de Brice et permet
aux artistes invités d’exprimer leurs singularités au travers d’une création collective improvisée.

 

Musique de chambre
Brice Wassy , Seul en musique

L’instrument est, de manière singulière dans l’art musical, le compagnon de l’artistemusicien. Il permet à l’artiste de développer ses cultures, ses langages gestuels, ses idées de compositions, et possède donc une part de l’intimité du musicien qui en joue. Brice Wassy partage avec certains instruments des rapports privilégiés qui l’amènent à s’exprimer dans des formes intimes. Que cela soit en solo avec un violon, un tambour, des claquettes, en duo à la batterie, Brice raconte ses histoires musicales et confie ses directions créatives. A l’image du disque « Meditations » Brice Wassy montre le caractère introspectif de ses musiques qui permettent de trouver le calme et la rêverie.

 

Musiques traditionnelles
avec Moussa Hema (balafon), Tom Hema (balafon) et Georges Palamiotis (basse électrique)

Pour développer le Kù Jazz (jazz des racines), Brice Wassy s’est connecté aux
musiques traditionnelles à travers les instruments de percussion et au gré de ses rencontres artistiques. Brice a su inclure dans ses musiques l’authenticité que contiennent les arts traditionnels Il expérimente ainsi les mélodies et les rythmiques des musiques grecques, les chants des tambours du Sénégal, les polyrythmies bantoue… Ses univers rythmiques et mélodiques rencontrent les musiques mandingues jouées par les balafonistes Moussa Hema et Tom Hema, soutenues par l’ancrage et le lyrisme de la basse électrique de Georges Palamiotis.

 

Musiques polyrythmiques
avec un ensemble de percussionnistes.

La méthode « Rythmes du Cameroun » parue aux éditions Henry Lemoine, présente le travail d’arrangement et de composition de Brice Wassy sur l’ensemble de percussions qu’est la batterie. Les différents instruments qui constituent les polyrythmies bantoues sont transcrites pour la batterie et permettent à Brice de développer un langage rythmique riche et puissant qui l’amènent à créer ses propres compositions rythmiques. Les arrangements des musiques Mangambeu, Ndanzi, Metù ou Bikutsi permettent aux
musiciens qui partagent la soirée de jouer de riches langages rythmiques à travers un grand ensemble de percussions.
Les polyrythmies continuent à présenter la musique comme un vecteur de lien social, qui, par l’organisation et la superposition des rythmes, guident chacun à s’inclure individuellement dans un mouvement collectif.

 

Musiques de danse et de transe
avec Mathias Bernheim (batterie et informatique), Gaspar josé (vibraMIDI et synthétiseurs) et Georges Palamiotis (basse électrique)

Mathias Bernheim à la batterie et à l’informatique, Gaspar José aux claviers
électroniques, Georges Palamiotis à la basse électrique et Brice Wassy mettront en lumière le lien étroit qui relie le Ku Jazz à la danse et à la transe, tout en s’appuyant sur les découvertes des musiques électroniques. Le groove contenu dans les musiques du Kù Jazz se fond avec aisance dans les répétitions des sons percussifs et rythmés des musiques électroniques de club comme par exemple avec la « drum and bass » Le travail polyrythmique, les recherches autour des musiques de danse traditionnelles et le partage avec les instruments informatiques nous amènent à apprécier la fête dans
toutes ses profondeurs.